Au commencement était le Néant, tout le monde le sait. Ce qui se sait moins, transmis de génération en génération par une poignée d’illuminés, c’est que, exténué de la création du Monde, l’Eternel ne prit pas de repos le 7ème jour mais créa, dans un ultime et divin effort, le Week-End d’Août. Comme Il fit l’Eau et le Ciel ; Il fit le Pastis et le Rosé. Comme Il fit la terre et le charbon ; Il fit les merguez et le barbecue. Depuis lors, de nombreux Adam – par exceptionnel accompagnés d’une ou deux Eve courageuses – courent la France année après année pour festoyer sous le (trop) chaud Soleil. C’est cette histoire que nous vous invitons à découvrir.

Quelque part dans l’Ouest de la France, au milieu de rien – dans le centre-ville de Niort, en fait – une terrasse de restaurant. Il est 21h, ce vendredi 17 août. Une poignée d’irréductibles illuminés Envoléistes arrose le début des festivités de 2012, derniers instants de calme dont les membres du CA profitent avidement avant le rush du week-end et de la logistique.

Samedi 18, aérodrome de Niort-Souché. 10 heures. Des tentes bougent, des duvets frémissent. S’extirpant d’un sommeil alourdi par le mélange Schweppes – Cognac, les premières traces de vie apparaissent timidement autour des points d’eau. La vie s’organise.

 

Un détachement logistique part assurer l’intendance pendant que le « gros » de la troupe arrive, attiré des 4 coins de France par la perspective d’un week-end de fête, de retrouvailles et de soleil. Le barbecue chauffe, les langues s’activent autant que les fourchettes et il faut déjà embrayer sur la première activité de l’après-midi : paintball !

Sous un soleil de plomb, les 2 équipes de 5, assez vite constituées en « civils » face aux « milis », passent à l’équipement, tenaillées par le délicat compromis « Protection offerte contre sueur dépensée » avant de pénétrer dans « l’arène ». 

Ici, pas de forêt touffue, de camouflage élaboré, visée à longue distance, bref pas de pseudo-guéguerre pour mythomane du dimanche, que du sport. Le terrain est petit, plat, seulement émaillé d’obstacles gonflables aussi basiques que les règles du jeu sont simples : s’emparer du drapeau central et le porter dans le camp adverse. Dame Victoire étant décidemment une maîtresse capricieuse, c’est l’équipe des civils qui remportera la partie haut la main, après 4 victoires et une défaite, toutes largement arrosées dans la sueur et la peinture.

Dégoulinants et loqueteux comme sortis d’un film de Romero, les Envoléistes rejoignent alors la deuxième activité de la journée, heureusement toute proche : le karting ! Après 2 séances de 10 minutes sur un circuit aussi curviligne que Megan Fox, il est permis de dire que, chez Envolée, outre des pilotes nous avons des coureurs auto – même si certains tiennent plus d’Alési ou d’Ayrton Senna que de Schumacher…

De retour à Niort, réhydratés et décapés, les Envoléistes peuvent (enfin) prendre le chemin de l’apéritif, organisé sous un hangar de collectionneurs grâce à l’entregent d’Olivier, grand manitou local et hôte hors pair. C’est donc entre Stampe et vieux Morane, accueillis à bras ouverts par leurs propriétaires, que retentissent les premiers « plop », odes à Bacchus et, certes moins lyriques, les cris de chips qu’on assassine. La soirée se poursuivra par le traditionnel barbecue jusqu’à des heures, il est vrai, moins tardives qu’à l’habitude … « La faute au paintball ! »

A bientôt pour de nouvelles aventures!

Adrien, pour l’Equipe Envolée.

Photos

*Mot de passe envoyé sur demande aux adhérents